Logo La France
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment dormaient nos ancêtres ?

Vous vous êtes sûrement demandé un jour comment nos ancêtres arrivaient à dormir sans tout le confort que nous avons aujourd’hui. Les lits douillets, les oreillers moelleux, les draps de soie, l’obscurité totale, le silence absolu… Tout cela n’existait pas à l’époque. Alors, comment faisaient-ils pour trouver le sommeil ? Et surtout, quels étaient leurs rythmes de sommeil ? Était-ce différent de ce que nous connaissons aujourd’hui ? Vous allez être surpris par les réponses à ces questions.

L’histoire du sommeil à travers les âges

Le sommeil a toujours été un besoin vital pour l’homme, que ce soit pour nos ancêtres ou pour nous aujourd’hui. Cependant, leur mode d’endormissement et leur rythme de sommeil étaient bien différents des nôtres.

L’histoire du sommeil est un domaine peu exploré, mais certains chercheurs comme Roger Ekirch ont réussi à reconstituer les habitudes de sommeil de nos ancêtres. Il a découvert qu’avant l’ère industrielle, les hommes dormaient en deux phases distinctes, séparées par un moment de veille au milieu de la nuit. Ce sommeil biphasique était le plus courant jusqu’au 19e siècle.

Le sommeil biphasique, une habitude ancestrale

Le sommeil biphasique était la norme pour nos ancêtres. Après le coucher du soleil, ils se retiraient dans leur lit pour la première phase de sommeil. Au bout de quelques heures, ils se réveillaient naturellement et restaient éveillés pendant une à deux heures. Durant ce temps, ils pouvaient vaquer à diverses activités comme lire, écrire, prier, ou même rendre visite à leurs voisins. Ensuite, ils retournaient se coucher pour la seconde phase de sommeil jusqu’au lever du soleil.

Lire aussi :   France Télévision : Quel impact a eu Un Si Grand Soleil sur la chaîne ?

Les facteurs qui influençaient le sommeil de nos ancêtres

Plusieurs facteurs influençaient le sommeil de nos ancêtres. Tout d’abord, la lumière naturelle avait un rôle primordial. Sans électricité, nos ancêtres se levaient et se couchaient avec le soleil. L’absence de pollution lumineuse leur permettait d’avoir un sommeil plus profond et plus réparateur.

Ensuite, la température jouait également un rôle important. Sans chauffage moderne, nos ancêtres devaient faire face aux rigueurs de l’hiver et à la chaleur de l’été. Cela affectait leur sommeil et les forçait à adapter leurs habitudes de coucher en conséquence.

Le sommeil de nos ancêtres et notre sommeil actuel : les différences

Nos ancêtres dormaient en moyenne beaucoup plus que nous. Les études de Ekirch et de son collègue José Rubio Haba montrent que nos ancêtres dormaient en moyenne 9 heures par nuit, contre 7 heures pour nous aujourd’hui.

De plus, leur sommeil était beaucoup plus fragmenté. Aujourd’hui, nous dormons en une seule phase, pour une durée continue. Ce changement est dû à l’avènement de l’électricité, qui a bouleversé nos rythmes de vie et de sommeil.

Enfin, le sommeil de nos ancêtres était plus en phase avec la nature. Ils s’endormaient et se réveillaient avec le soleil, ce qui leur permettait de respecter leur horloge biologique interne.

Comment retrouver un sommeil plus naturel ?

Face à l’épidémie d’insomnies et de troubles du sommeil qui touchent notre société moderne, certains préconisent de revenir à un sommeil plus proche de celui de nos ancêtres. Ils conseillent de respecter davantage nos rythmes biologiques, de limiter notre exposition à la lumière artificielle avant le coucher, et même de réintroduire une phase de veille nocturne pour revenir à un sommeil biphasique.

Lire aussi :   Quelles sont les influences de la tradition française et arabe ?

Il est clair que le sommeil de nos ancêtres était bien différent du nôtre. Malgré l’absence de confort moderne, ils semblent avoir eu un sommeil plus naturel et plus réparateur. Et si la clé d’un bon sommeil se trouvait dans nos racines ancestrales ?

Nous avons des moyens confortables de dormir qu’ils n’avaient pas, comme des pyjamas plus agréables les uns que les autres, des matelas pour le mal de dos, des oreillers doux et bien d’autres.

Le sommeil des chasseurs-cueilleurs : une référence pour notre sommeil actuel

Des chercheurs comme Jerome Siegel se sont intéressés au sommeil des chasseurs-cueilleurs, des sociétés contemporaines qui vivent de la même manière que nos ancêtres. Ces études offrent des perspectives intéressantes sur la manière dont nos ancêtres dormaient et sur la manière dont nous pourrions améliorer notre sommeil actuel.

Ces communautés vivent sans électricité, se lèvent et se couchent avec le soleil, et mènent une vie active pendant la journée. En observant leur sommeil, Siegel et son équipe ont découvert qu’ils n’ont pas de sommeil biphasique comme le suggèrent les travaux de Roger Ekirch et José Haba Rubio sur le sommeil de nos ancêtres. Au lieu de cela, ils ont un sommeil monophasique qui dure environ 6 à 7 heures par nuit.

Cependant, ces chasseurs-cueilleurs n’ont pas de problèmes de sommeil, tels que les insomnies nocturnes, qui sont courants dans les sociétés industrialisées. Cela suggère que le respect de leur rythme naturel, qui comprend le coucher du soleil et l’absence de lumière artificielle, leur permet d’avoir un sommeil plus sain.

Lire aussi :   Qui sont les présidents français depuis 1945 ?

Le sommeil biphasique : un remède aux troubles modernes du sommeil ?

Notre sommeil actuel est souvent perturbé par de nombreux facteurs : stress, travail tardif, écrans, mauvaise alimentation… De plus, la pression sociale et professionnelle nous pousse souvent à réduire notre temps de sommeil. Face à ces problèmes, certains chercheurs et spécialistes du sommeil comme Roger Ekirch ou José Haba Rubio proposent de revenir à un rythme de sommeil biphasique, plus en phase avec nos rythmes biologiques naturels.

Pour eux, l’introduction d’une période de veille au milieu de la nuit pourrait aider à résoudre de nombreux problèmes de sommeil. Cette période de veille nocturne, qui était naturelle pour nos ancêtres, pourrait être un moyen de réduire le stress et d’améliorer la qualité de notre sommeil.

Selon ces spécialistes, cette phase de veille pourrait être utilisée pour des activités relaxantes, comme la lecture, la méditation ou l’écriture. Elle permettrait également à notre corps et à notre esprit de se reposer et de se régénérer en profondeur pendant le sommeil.

Que retenir du sommeil de nos ancêtres ?

Le sommeil de nos ancêtres, qu’ils soient chasseurs-cueilleurs ou vivant à l’époque préindustrielle, nous montre qu’il est possible d’avoir un sommeil de qualité sans le confort moderne. Que ce soit le sommeil biphasique ou le respect du rythme naturel du coucher et du lever du soleil, ces habitudes de sommeil ancestrales pourraient nous aider à résoudre nos problèmes de sommeil actuels.

Cependant, chaque individu est différent et il n’existe pas de solution universelle pour un bon sommeil. Il est donc important de trouver le rythme de sommeil qui convient le mieux à chacun.

En conclusion, malgré toutes les avancées technologiques, le meilleur conseil pour une bonne nuit de sommeil pourrait bien être de se tourner vers nos racines et de comprendre comment nos ancêtres dormaient.** Alors, la prochaine fois que vous aurez du mal à dormir, pensez à nos ancêtres, éteignez la lumière et essayez de respecter votre rythme naturel. Vous pourriez être surpris par les résultats !

Noter cet article

Laisser un commentaire

La France
Découvrez chaque jour des informations, des conseils ainsi que des astuces dont vous avez besoin sur le tourisme, l’histoire, la cuisine et le patrimoine.
Newsletter